Délires et des rêves

Rêve (écrit par Jean)

Classé dans : Non classé — 24 janvier, 2008 @ 19:44

En cette soirée ou je t’ai enfin connue je rentre seulement et regarde mes messages sur ma boite vocale et sur le net, pas de nouvelle de toi, j’aurais aimé car je me sens seul. Je sais que tu es loin, mais je me disais que peut-être tu oserais me téléphoner. J’ai adoré nos échanges, j’aime ce que tu sembles être vraie, sincère et très très sensuelle, même si tu parais réservée. Je suis allongé dans mon lit, j’essaie de lire mais je me surprends à regarder régulièrement le téléphone à coté de moi, l’envie d’entendre ta voix, puis je reporte mon attention sur mon livre. Je résiste au sommeil qui finit par m’emporter, mais je me sens bizarre, le sommeil m’attire, je le combats fortement mais soudain je ne peux plus résister et m’effondre presque.Je sens tout d’un coup que je suis éveillé, très éveillé même ! Mes sens n’ont jamais été aussi en éveil, je sens mon corps engourdi puis plus rien. J’ouvre les yeux et à ma grande surprise je me vois sur le lit dormant paisiblement. Je suis affolé car je n’arrive pas à comprendre ce qui m’arrive, mais mes sens m’invitent à profiter de cet état d’éveil mental pour en profiter et partir à l’aventure, puis, soudain je pars je ne sais où. Le froid dehors fait contraste avec la chaleur de mon lit, je le sens fortement car mes sens sont vraiment à vif mais je ne suis pas incommodé par ca, je sens juste une grande différence de température puis je m’enfonce dans la nuit, survolant les maisons. Je vois derrière moi les lumières magnifiques de la ville que je m’apprête à quitter et m’enfonce dans le noir à une vitesse vertigineuse. Les maisons, les villages défilent sous moi, on dirait que je sais exactement où je me dirige.

Puis j’arrive à un endroit, il fait noir et je m’enfonce dans un mur, je ne veux pas faire ça mais je ne peux résister. Je pénètre dans une pièce où plane une odeur agréable et lentement je m’habitue à la nuit noire. Soudain surpris, ébahie, je vois que je plane au dessus de toi, de ton lit. Tu es aussi magnifique que le soleil, quel rêve fantastique. C’est la première fois que je te vois et je suis très agréablement surpris par ta grande beauté et la paix qui t’enveloppe dans ton sommeil. La curiosité me prend, j’aimerais tant te sentir, te toucher moi qui ne suis qu’un esprit, mais mes sens sont éveillés et me donnent l’impression de te sentir. Je descends doucement sur toi et m’approche de ton visage. Je sens ta chaleur comme si ma main effleurait tes lèvres que tu entre-ouvre au contact de mes supposés doigts, puis ma bouche s’approche de la tienne pour la goûter. Tes lèvres sont chaudes, douces, tendres, j’en suis tout renversé, et même si tu dors je vois que tu apprécies la caresse comme si tu en rêvais. Soudain je ne peux plus résister, je vais au pied de ton lit et me glisse sous tes draps.

Tu réagis doucement comme si le frôlement entre toi et tes draps était apprécié. Je remonte doucement sur tes cuisses. Je t’entends soupirer et je remonte lentement très lentement vers ton sexe que je sens se couvrir d’humidité. Je me demande si tu ressens vraiment mon contact ou tu rêves. J’embrasse doucement ton ventre puis ton aine. Ton corps se cambre de plaisir de recevoir ce contact comme si il était enfin arrivé tant espéré, puis je remonte vers tes seins dans un délice de frôlements. Que tu es délicieuse, j’aperçois alors tes seins pointant durement de désir.

Puis soudain je suis attiré au creux de tes reins comme si il y avait là la source de ton désir qui m’appelait pour m’y désaltérer. Doucement, sans brusquerie pour ne pas te réveiller je m’y enfonce. Partant de ton cou pour te faire frissonner, je frôle tes seins qui n’en peuvent plus de durcir de désir, les caressant de ma langue fantomatique mais semblant te donner des sensations car tu y réagis, puis je descends vers ton délicieux ventre sentant l’approche de la source de plaisir de plus en plus inondée et enfin j’y goute. Ton corps se cambre et tu pousses un doux soupir. Brusquement je me retire de peur de t’avoir réveillée, mais non. Alors je bois le jus qui s’en écoule sentant ton corps se balancer dans une danse sensuelle. Plus haut j’entends ta respiration qui devient légèrement saccadée et j’accélère doucement mon manège. Tes soupirs deviennent des râlements de plaisir. Je te sens complètement excitée et proche de l’explosion.

Le goût, l’odeur et la douceur de ton sexe m’enivrent et me rendent fou. Tes soupirs s’accélèrent de plus en plus, alors n’en pouvant plus, je m’enfonce en toi de tout mon être comme pour te faire exploser de plaisir.
Et brusquement je sens mon corps rejeté en arrière au moment où des spasmes de plaisir intenses explosent en toi en une jouissance rarement atteinte. Mon corps est complètement expulsé de toi, de ta pièce de ta ville au loin très loin ignorant de ce qui se passe.

Soudain dans une violence inattendue je retourne dans mon corps chaud comme si j’étais à la limite du retour, je me sens bizarre, mais bizarrement bien, et j’entends doucement quelque chose, mais plus ca va plus le son m’agresse. Je me réveille étonné car c’est le téléphone qui sonne. Il est trois heures du matin. Je décroche la bouche pâteuse et j’entends au bout de la ligne ta voix douce et sensuelle me disant « Jean j’ai rêvé à toi hummmm » c’était donc vrai? Wow quelle nuit

xxxxx partout

Jean

Pas de commentaire »

Pas encore de commentaire.

Flux RSS des commentaires de cet article.

Laisser un commentaire

 

GangBang Streaming |
yasmina18 |
✔ Top Site ➜&... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | photoscoquines
| OrgieX-Extrème
| yvansex