Délires et des rêves

Des contrats très importants (écrit par romapc)

Classé dans : Non classé — 21 avril, 2008 @ 3:35

Nous entretenons tous les deux de bons rapports. C’est quelqu’un qui est, malgré son poste enviable dans sa société, très ouvert et à l’écoute. Le courant est très vite passé entre nous. Ce qui a sûrement fait que je puisse rivaliser sur ce dossier avec l’autre boite, plus importante que la mienne. Au départ il fut surpris de ma proposition, mais contournant habilement le fond de mon appel, je sus le faire accepter. Rendez-vous était pris pour le lendemain soir à la maison.

Le soir venu enfin, après une très longue journée, notre invité se présenta à notre domicile. Ma femme et moi, si nous n’étions pas sur notre 31, étions habillés comme pour les grands soirs, tandis que lui, contrairement à d’habitude, était plus décontracté : « C’est le week-end » me dit-il.

La soirée se déroula dans une ambiance exquise. Plus le temps passait, plus je me déridais un peu, oubliant de temps en temps ces fichus contrats. Nous en étions au fromage quand il commença à se livrer un peu. Pris dans la bonne ambiance il nous parla un peu de lui, de sa vie de couple, de son travail, etc. C’était un homme d’une bonne quarantaine d’années, sportif car bien bâti, et qui devait sûrement plaire aux femmes autant qu’il était intraitable en affaire. Gentil certes, mais intraitable. C’est à ce moment là que j’ai fait une gaffe. Nous venions de finir le dessert et Emma commençait à débarrasser la table, quand j’ai mis l’histoire des contrats sur la table. A son regard, j’ai tout de suite compris que j’avais fait une boulette. Il n’avait semble-t-il pas trop apprécié que je brise la chaîne de la convivialité avec mes histoires.
Malgré tout, nous avons parlé boulot. Je lui fis mon speach, que j’avais préparé depuis l’après-midi, qu’il écouta d’une oreille distraite. Cette attitude me laissait pantois. Je ne savais pas comment le prendre. Je me suis levé pour aller en cuisine, prétextant d’aller aider Emma, mais surtout pour lui laisser le temps de bien réfléchir à ce que j’avais dit.

Dans la cuisine, je dis à ma femme que je pensais avoir amené le sujet trop tôt et que cela l’avait énervé. Elle me rassura en disant que non et que de toute façon c’était fait, me rappelant l’importance de cette signature.

Rassuré, je revins m’asseoir à ses côtés. Mais cette assurance s’effondra quand il me dit qu’il avait été très déçu que je gâche ce repas avec mes histoires et que sur-ce, il allait rentrer et voir tout cela lundi. La convivialité avec fait place a la froideur professionnelle. Conscient de ma bourde je le suppliais de rester prendre un café, lui promettant que j’allais tout faire pour me rattraper.

D’hôte dominant et sûr de lui qui recevait, j’étais passé à dominé prêt à tout pour se racheter. Il accepta ma proposition, ajoutant, avec un petit sourire en coin, qu’il y avait peut-être une solution pour ne pas perdre les contrats. A peine avait-il fini sa phrase, que j’avais déjà deviné ce qu’il voulait dire par là.
Et oui, j’avais très bien remarqué lors du repas, qu’il lorgnait , en se cachant à peine, sur les cuisses de ma femme lorsqu’elle se levait pour nous servir. J’avais très bien compris qu’elle ne laissait pas indifférent et surtout, lui aussi avait très bien vu que j’avais compris. D’où cette proposition indécente.

En me levant pour aller la voir en cuisine, mon client, Paul de son prénom, me lança un regard qui me signifiait qu’il fallait mieux pour moi qu’elle accepte.

Dans la cuisine, je lui exposais les faits. elle aussi avait remarqué les œillades poussées de notre invité.

Paul s’était installé dans le sofa. D’un regard, il me questionna pour savoir si c’était bon. J’acquiesçai également de la tête ce qui lui fit esquisser un sourire de satisfaction.

Emma amena les cafés 2 minutes après. Toujours sans un mot, elle servit les tasses et les plaça devant nous. D’un air autoritaire, il nous dit de nous détendre. Toujours d’un ton autoritaire, car il était clair que c’était lui qui dominait les débats maintenant. Il lui ordonna de se déshabiller tout doucement devant nous. ma femme, qui est déjà peu farouche en temps normal quand elle est excitée, se lâcha totalement et accepta de lui obéir.

Elle ôta délicatement son chemisier, bouton après bouton, laissant apparaître son soutien-gorge en lycra blanc et le jeta en notre direction. Elle enleva également jupe en ondulant son corps, d’une façon qui, la connaissant bien, était faite pour aguicher celui qui l’observerait. Son string, aussi en lycra blanc, contrastait avec la noirceur de ses bas. Elle avait même fait attention à conserver ses talons, car elle savait que c’est quelque chose que j’adore.

De la façon dont elle bougeait, je savais qu’elle s’était totalement prise au jeu et que plus rien ne l’arrêterait dorénavant. Paul lui somma de monter sur la petite table de notre salon et de s’agenouiller dessus. Elle s’exécuta. Se tournant vers moi, il me dit d’aller derrière elle et de la tripoter. Ce que je fis tout de suite, la situation commençant à me plaire vraiment. Et pendant que je m’affairais à la doigter et à la lécher, il l’obligea à se mettre face à lui, car il voulait voir chacune de ses expressions. Elle gémissait sous mes attouchements.
« Est-ce que tu aimes çà? » lui demanda-t-il.
« Ouiii » répondit-elle dans un râle de plaisir.

« Tu veux vraiment aider ton mari à avoir ces contrats? »

« Ouiii ».

« Vraiment ? Alors il va falloir être très très gentille ce soir ».

Et elle lui rétorqua de façon plus que décidée :

« Alors tu peux déjà les signer ! ».

Venant d’elle, cela voulait tout dire. Toujours à quatre pattes, elle lui ouvrit la braguette et en sortit son sexe déjà en érection. Il avait un beau sexe, bien droit et de bonne taille. Il se leva, lui attrapa la tête et lui remplit la bouche avec. « Allez, suces-moi salope. Montre à ton mari comment tu l’aimes. »

Elle lui dévorait littéralement la queue, alternant des petites succions et des aspirations jusqu’à la garde. « Baises-la » me dit-il, « Baises-la comme tu ne l’as jamais baisée. Sois obéissant et je te récompenserai » insista-t-il.

Je m’exécutais sans broncher. Il me parlait comme si j’étais son esclave devant ma femme et je ne lui disais rien. Au contraire, cela m’excitait. Alors je me suis aussi levé et j’ai commencé à baiser Emma. « Plus fort que ça. Plus fort que ça » criait-il.

Je la tamponnais à fond. Elle gémissait mais il l’empêchait de crier avec sa bite dans sa bouche.Mais plus je me donnais, moins il semblait content. « Il faut vraiment tout faire tout seul ici, alors. Tourne toi salope. C’est moi qui vais te tringler.  »

Il l’empoigna par les hanches et la retourna brutalement. Elle était sur le dos et sa tête dépassait de la table. Elle tombait un peu en arrière. « Toi, me dit-il, mets toi au dessus d’elle. Présente lui tes couilles pour qu’elle te les suce aussi ».

Elle me les goba en entier. C’était extrêmement bon. Elle me caressait les fesses de ses mains, qu’elle baladait sur mon corps. Elle alla même jusqu’à me titiller l’anus, sachant que j’appréciais. Voyant çà, il n’en fallut pas plus à Paul pour lui ordonner de me lécher. Elle ne me l’avait jamais fait. elle avait déjà enfoncé un doigt ou deux dans ma rondelle mais pas plus. C’était divin.

« Dis donc, tu as l’air d’apprécier ça toi aussi » me lança-t-il tout en besognant ardemment ma femme.
« Alors je suis tombé sur un couple de salopes ? Mais il fallait me le dire tout de suite. Agenouille-toi, m’ordonna-t-il. Agenouille-toi devant moi.  »
Je n’en pouvais plus. J’étais complètement dominé. J’avais très bien deviné dans ses yeux ce qu’il allait me demander. Mais je m’en fichais. J’étais prêt à tout pour avoir ces contrats. Et comme j’avais déjà pensé faire l’amour un jour avec un homme, l’occasion était trop bonne.

Alors je l’ai pris en bouche de moi-même et je l’ai sucé.Il n’avait pas l’air plus étonné que cela. Il devait avoir l’habitude de ce genre d’expérience. Ma femme, elle, était ravie. Son mari était en train de sucer une bite devant elle. Et il y mettait du cœur.Mais elle n’eut pas vraiment le temps d’en prendre conscience. « Continue à lui lécher le cul, salope. Mets lui tes doigts dans le trou de balle. Je veux qu’il soit bien dilaté quand je vais l’enculer. Parce qu’il rêve de ça. Hein que tu rêves de ça petite pute » me dit-il.

Je me cambrais encore plus pour montrer que j’étais d’accord.Pendant ce temps ma femme m’enfonçait encore plus profondément ses doigts. « Alors comme ça t’aimes aussi les hommes, salaud ? »

Son étonnement était passé et j’ai compris à cette phrase que cela ne lui déplaisait pas forcément. Alors elle me pénétra de plus belle, pendant que je m’occupais à bien sucer cette queue que j’avais en bouche. J’avais l’impression d’avoir fait ça toute ma vie. Je prenais du plaisir à le faire et je semblais bien le faire. « Allez, tournes toi mon coco, je vais te montrer comment on baise un cul. »

Je fis ce qu’il me dit. J’étais à genoux par terre, le torse sur le sofa, bien ouvert, soumis et je l’ai senti présenter son gland chaud contre mon œillet que ma femme avait bien préparé, car il rentra sans trop de peine.

Elle, cette salope, en profita pour se glisser devant moi pour que je lui lèche la chatte. J’étais pris en sandwich, comme j’aimais à le faire subir à Emma lorsque nous nous partagions.

« Regarde comme je l’encule bien ton pédé de mari. Ca te plait ça salope, pas vrai? »

« Oui!Vas-y, baise le fort. Plus fort que moi. Défonce lui son p’tit cul » lui répondit-elle.

A l’entendre dire ca, je m’excitais encore plus.  » Tu as entendu petite pute, me dit-il, elle veut que je te cartonne le cul. C’est vrai que tu as un beau cul. Il était tout frais. Maintenant je vais en faire mon territoire! ».

Et il décupla ses coups de butoir. J’étais à deux doigts de jouir quand il se retira de mon anus, se compressant la verge à la base. « A genoux, tous les deux. Vous allez boire mon foutre petites salopes ! »

Et il cracha sa semence dans nos bouches grandes ouvertes, pendant que ma femme du bout des doigts me titillait l’anus. Le visage plein de sperme, j’ai embrassé Emma, et nous lui avons nettoyé le sexe avec nos langues.

Au resto (écrit par Jean)

Classé dans : Non classé — 24 janvier, 2008 @ 9:54

Je t’ai invité au resto et je te vois arriver, magnifique, wow, je reste sans voix. Tu t’assieds et je te verse un verre de champagne. Devant toi il y a un paquet cadeau, tu le regardes, me regarde mais je te demande d’attendre. Nous prenons une coupe, nous nous regardons, je suis charmé par tant de beauté. Tu sens délicieusement bon, il se dégage de toi un subtil parfum de fruits. Tes yeux reflètent ton bonheur d’être enfin là, et les miens brillent d’excitation à l’idée de ce cadeau et surtout de t’imaginer l’utilisant. hummm! Tu es si belle, si sensuelle.

Après des échanges agréables je te frôle la jambe et je vois à ce contact un sourire apparaître sur ton visage. Le serveur vient nous voir mais nous ne sommes pressés et lui  expliquons que nous n’avons pas encore choisi. Je pousse alors le sac devant toi et tu l’ouvres pour découvrir un jouet… et quel jouet !!! Une culotte à vibrations avec une télécommande à distance…  Tu me regardes avec tes yeux brillants, tu te lève et te rends directement aux toilettes. Quand tu reviens tu m’offres la télécommande avec un sourire complice. Je te regarde : elle est en fonction cela se sent dans aux crispations de ton visage, alors je l’arrête. Tu me regardes surprise, mais comprends mon jeu, tu sais que je veux te surprendre, te donner des frissons à des moments ou tu ne t’y attendras pas.

Le serveur arrive et nous passons commande. Tu prends des fruits de mers et moi un terre et mer. Quand le serveur te regarde pour la commande je démarre les vibrations. Tu sursautes légèrement et je sens qu’il ne t’est pas facile de rester concentrée sur ta commande, alors pour ne pas trop t’indisposée j’arrête un peu et tu me regarde soulagée car j’imagine que les effets des vibrations sont dures à contenir, hummm! Dès qu’il repart je la redémarre et tu soupires. Tu me prends la main et me la serre comme si en ce moment ton corps était secoué de légers spasmes de plaisir. Je te sens transportée et comme on est à l’écart tu t’adosses et profite des sensations. Sous la table tu me glisses ta petite culotte que tu avais mise par dessus l’autre. Elle est inondée du jus de ton plaisir et trempée comme rarement j’ai vu une petite culotte l’être. J’arrête mon appareil temporairement  pour que tu puisses te relaxer un peu, et tu me regardes presque d’un air de reproche hihihi! Je te dis « Patience ma belle ».

Tu te lèves pour aller aux toilettes,  surement afin d’éponger un peu les dégâts, mais je te suis, et au moment ou tu entres je fais repartir les vibrations. Tu râles de plaisir, te retournes et me vois derrière toi. Tu entres dans des toilettes et je pénètre dans celles d’à coté. Je pose mon oreille contre la mince paroi pour t’entendre et j’augmente les vibrations. Je perçois tes gémissements de plaisir, tout doucement, pour ne pas faire de bruit, ne pas être surprise, mais c’est plus fort que toi. Ta respiration se fait plus forte et je t’entends jouir et dire tout bas, sachant que j’écoute, « merci Jean c’est si bon ».

Ca cogne à ma porte, j’ouvre, c’est toi. Tu me repousses dans le fond des toilettes, baisses mon pantalon et prends mon membre si dur si ferme dans ta bouche. Tu veux me rendre le plaisir que je viens de te donner indirectement. La chaleur de ta bouche qui enveloppe mon membre est exquise j’ai peine à retenir mes gémissements. Quelle bouche, quelle langue délicieuse. Je te relève je te veux ! Je veux être en toi, jouir en toi. Je touche ton sexe qui est complètement inondé et je descends y boire une lichée de ton jus. C’est si bon et tu en gémis de plaisir. Je me relève, te prends dans mes bras et t’adosse au mur. Je soulève tes cuisses et enfin j’enfonce mon sexe en toi. Le va et vient est intense. Nous sommes transportés par nos pulsions, nos bouches s’embrassent autant par plaisir que pour étouffer les cris l’un de l’autre et finalement je jouis en toi secoué, transpercé d’un orgasme intense. Nous sommes tous les 2 en sueur et hors d’haleine. Je me rhabille et sors te laissant en faire de même mais je t’attends.  Lors de notre retour à notre table, je fais repartir les vibrations mais tu me reprends la télécommande, on dirait que tu veux souffler un peu hihihi!

Nous arrivons à notre table mais elle est desservie, le serveur, gêné, nous croyait parti. On s’assoit et commandons seulement un café brésilien. Nous décidons de ne pas manger car l’appétit est ailleurs.

Je te regarde et j’ai encore faim de toi….   

xxxx Jean xxxx

Rêve (écrit par Jean)

Classé dans : Non classé — 24 janvier, 2008 @ 7:44

En cette soirée ou je t’ai enfin connue je rentre seulement et regarde mes messages sur ma boite vocale et sur le net, pas de nouvelle de toi, j’aurais aimé car je me sens seul. Je sais que tu es loin, mais je me disais que peut-être tu oserais me téléphoner. J’ai adoré nos échanges, j’aime ce que tu sembles être vraie, sincère et très très sensuelle, même si tu parais réservée. Je suis allongé dans mon lit, j’essaie de lire mais je me surprends à regarder régulièrement le téléphone à coté de moi, l’envie d’entendre ta voix, puis je reporte mon attention sur mon livre. Je résiste au sommeil qui finit par m’emporter, mais je me sens bizarre, le sommeil m’attire, je le combats fortement mais soudain je ne peux plus résister et m’effondre presque.Je sens tout d’un coup que je suis éveillé, très éveillé même ! Mes sens n’ont jamais été aussi en éveil, je sens mon corps engourdi puis plus rien. J’ouvre les yeux et à ma grande surprise je me vois sur le lit dormant paisiblement. Je suis affolé car je n’arrive pas à comprendre ce qui m’arrive, mais mes sens m’invitent à profiter de cet état d’éveil mental pour en profiter et partir à l’aventure, puis, soudain je pars je ne sais où. Le froid dehors fait contraste avec la chaleur de mon lit, je le sens fortement car mes sens sont vraiment à vif mais je ne suis pas incommodé par ca, je sens juste une grande différence de température puis je m’enfonce dans la nuit, survolant les maisons. Je vois derrière moi les lumières magnifiques de la ville que je m’apprête à quitter et m’enfonce dans le noir à une vitesse vertigineuse. Les maisons, les villages défilent sous moi, on dirait que je sais exactement où je me dirige.

Puis j’arrive à un endroit, il fait noir et je m’enfonce dans un mur, je ne veux pas faire ça mais je ne peux résister. Je pénètre dans une pièce où plane une odeur agréable et lentement je m’habitue à la nuit noire. Soudain surpris, ébahie, je vois que je plane au dessus de toi, de ton lit. Tu es aussi magnifique que le soleil, quel rêve fantastique. C’est la première fois que je te vois et je suis très agréablement surpris par ta grande beauté et la paix qui t’enveloppe dans ton sommeil. La curiosité me prend, j’aimerais tant te sentir, te toucher moi qui ne suis qu’un esprit, mais mes sens sont éveillés et me donnent l’impression de te sentir. Je descends doucement sur toi et m’approche de ton visage. Je sens ta chaleur comme si ma main effleurait tes lèvres que tu entre-ouvre au contact de mes supposés doigts, puis ma bouche s’approche de la tienne pour la goûter. Tes lèvres sont chaudes, douces, tendres, j’en suis tout renversé, et même si tu dors je vois que tu apprécies la caresse comme si tu en rêvais. Soudain je ne peux plus résister, je vais au pied de ton lit et me glisse sous tes draps.

Tu réagis doucement comme si le frôlement entre toi et tes draps était apprécié. Je remonte doucement sur tes cuisses. Je t’entends soupirer et je remonte lentement très lentement vers ton sexe que je sens se couvrir d’humidité. Je me demande si tu ressens vraiment mon contact ou tu rêves. J’embrasse doucement ton ventre puis ton aine. Ton corps se cambre de plaisir de recevoir ce contact comme si il était enfin arrivé tant espéré, puis je remonte vers tes seins dans un délice de frôlements. Que tu es délicieuse, j’aperçois alors tes seins pointant durement de désir.

Puis soudain je suis attiré au creux de tes reins comme si il y avait là la source de ton désir qui m’appelait pour m’y désaltérer. Doucement, sans brusquerie pour ne pas te réveiller je m’y enfonce. Partant de ton cou pour te faire frissonner, je frôle tes seins qui n’en peuvent plus de durcir de désir, les caressant de ma langue fantomatique mais semblant te donner des sensations car tu y réagis, puis je descends vers ton délicieux ventre sentant l’approche de la source de plaisir de plus en plus inondée et enfin j’y goute. Ton corps se cambre et tu pousses un doux soupir. Brusquement je me retire de peur de t’avoir réveillée, mais non. Alors je bois le jus qui s’en écoule sentant ton corps se balancer dans une danse sensuelle. Plus haut j’entends ta respiration qui devient légèrement saccadée et j’accélère doucement mon manège. Tes soupirs deviennent des râlements de plaisir. Je te sens complètement excitée et proche de l’explosion.

Le goût, l’odeur et la douceur de ton sexe m’enivrent et me rendent fou. Tes soupirs s’accélèrent de plus en plus, alors n’en pouvant plus, je m’enfonce en toi de tout mon être comme pour te faire exploser de plaisir.
Et brusquement je sens mon corps rejeté en arrière au moment où des spasmes de plaisir intenses explosent en toi en une jouissance rarement atteinte. Mon corps est complètement expulsé de toi, de ta pièce de ta ville au loin très loin ignorant de ce qui se passe.

Soudain dans une violence inattendue je retourne dans mon corps chaud comme si j’étais à la limite du retour, je me sens bizarre, mais bizarrement bien, et j’entends doucement quelque chose, mais plus ca va plus le son m’agresse. Je me réveille étonné car c’est le téléphone qui sonne. Il est trois heures du matin. Je décroche la bouche pâteuse et j’entends au bout de la ligne ta voix douce et sensuelle me disant « Jean j’ai rêvé à toi hummmm » c’était donc vrai? Wow quelle nuit

xxxxx partout

Jean

Visite imprévue…

Classé dans : Non classé — 10 janvier, 2008 @ 12:46

hummm…

Je me réveille à peine et déjà je repense à notre soirée… l esprit encore embrumé de sommeil… le corps déjà excité…Et je rêve

Rêve d un autre réveil…

Rêve de ne pas être seule…

Rêve de tes mains sur mon corps..

 

….

Ce soir… je suis allongée sur le canapé, seulement habillée d un soutien gorge rouge a balconnet et d’une chemise d’homme blanche

Mon mari est en train de  me caresser, de m’exciter, ses mains qui passent sur moi, se faufilent en moi….

Je  n’ai pas le droit de le sucer, il veut porter mon désir au maximum, comme souvent…

Je ne suis qu’un jouet entre ses mains, un jouet haletant fait de désir et d’attente…

Il me passe le vibro  sur le clitoris qui grossi qui grossi…

Me le rentre dans la chatte, le ressort, froid du plastique mais désir de le garder…

Je vois son sexe qui est agité de légers spasmes, qui se tend vers moi…. j’avance la main….

Il s’écarte… je reste seule, mon corps est en sueur…

 

 

On sonne a la porte, mon mari remets son pantalon rapidement…

C’est un homme qui cherche son chemin…

Un homme sexy…

Mon mari me regarde avec une idée en tête….

Moi qui suis excitée avec un bel homme à la porte….

Il lui propose de faire un plan pour trouver sa route et il le fait entrer…

 

J’essaie de me rhabiller un peu mais « inutile » me dit mon mari….

Il commence à lui tracer la route tout en lui expliquant qu’une fois de plus il est obligé de calmer sa femme qui est encore excitée…

«- D’ailleurs elle est en permanence en chaleur en ce moment….
Il suffit qu’elle voit un mec pour que tout de suite elle mouille, d’ailleurs là,  je suis persuadé que rien que de vous voir…

      Voulez-vous vérifier ??? au fait ma femme s’appelle Léa et moi Christophe….

      - Enchanté, moi c’est Arnaud.  Et je suis toujours prêt à rendre service… »

 

Vous vous approchez tous les deux, vous vous asseyez de chaque coté de moi.

Christophe te propose un verre,  je serre le mien entre mes mains, un peu gênée…

 

Tout en discutant entre vous, la main de mon mari me caresse négligemment. Sans même le vouloir je me tends vers elle, il entrouvre ma chemise et t’invite à me caresser.

Ta main se pose sur mon sein qui réagit en se durcissant encore plus, les mamelons se dressant au passage de tes mains.

 

Presque malgré moi mes mains se dirigent vers vos sexes, celui de mon mari est déjà a plein régime (il avait de l’avance…), le tien fini de grossir sous ma main….

 

Christophe me déshabille complètement, me fait tourner, m’expose à ton regard comme une pouliche à son futur acquéreur…

Et toi  tu me regardes, me détailles. Tu détailles mes seins qui sont lourds de désirs, ma chatte épilée de frais et déjà gonflée de désir et de miel…

 

Christophe me prend la tête et m’oblige à me pencher vers toi….

   - « Profites en, c’est une super suceuse et elle prend son pied à le faire »

Impatient tu sors ton sexe de ton pantalon et me le présente, fier, dur…

Je passe une langue avide sur le gland, descend tout le long puis remonte, entame un va et viens lent et délicieux…

J’apprends  à le connaître, à le faire réagir…

En apprendre la texture, la forme, la puissance. La déguster, me l’enfoncer dans la bouche, tout au fond pendant elle est traversée de spasmes de plaisir.

J’aime cela !!!

 

Pendant ce temps Christophe ne reste pas inactif, il me fait mettre à quatre pattes par terre et pendant que je te suce il me lèche, me caresse, me pénètre de sa langue, de ses mains.

J’ai l’impression que c’est trop bon, trop fort mais en même temps j’en veux plus…

Plus de ton sexe dans ma bouche, plus de vos doigts, de vos langues sur ma chatte, dans ma chatte. Je ne suis plus qu’une machine à plaisir.

Tes mains sur ma tête qui m’impose ton rythme, lent, profond…puis de plus en plus vite…

Chris qui se présente derrière moi, devant ma chatte humide et qui me pénètre au même rythme que je te prends lentement et profondément…

Etre prise des deux cotés à la fois ; ma bouche et mon sexe pénétrés, empalés…. hummm…

Vos deux sexes qui n’en font plus qu’un, cette impression d’être un jouet entre vous…

Vous entrez et sortez de moi de plus en plus vite…

Et vous jouissez en moi…. Tous les deux, puissants, forts….

Je t’avale et m’empale encore plus sur Christophe, je vous veux tous les deux

Pendant que je continue à te sucer Christophe se déconnecte de moi. Il me fait m’allonger sur toi, je te prends dans ma chatte qui est humide et gonflée de désir. Cette queue qui me prend, bandée, énorme, dure… Mon mari se met derrière moi… et doucement… tout doucement… promène ses doigts sur mon anus…il me pénètre d abord d’un doigt…

Je sens ta bite devant… son doigt derrière…

Le désir de vous prendre tous les deux…

L’appréhension de vous prendre tous les deux…

Vous êtes trop gros, trop excites. Mais j’en ai tellement envie, une envie qui me prend la tête, qui me ravage les reins. Tu me pinces les seins… douleurs… plaisirs…

Et Christophe commence à entrer, à me forcer l’anus. Lentement… sûrement… complètement….

Je suis écartelée entre vos deux sexes qui se rejoignent en moi, qui me forcent, m’explorent, me dilatent, me comblent.

Vous entrez, m’empalez en rythme, vos mains sont partout sur mon corps….

J’ai le souffle coupé tellement c’est bon. Vos corps qui accélèrent, nos souffles à l’unisson,

Je veux que cela dure, et en même temps…

Besoin de vous caresser, ma bouche contre ton torse.

Mes mains qui caressent partout ou elles peuvent se poser.

Christophe se retire de moi…. Tu te retires de moi…

Je me sens abandonnée…

Mais non, Christophe s’assied dans un fauteuil, me fait m’empaler sur lui…

Sa queue qui rentre dans ma chatte sans souci, je suis tellement mouillée, tellement ouverte.

Tu viens derrière moi, te mets à genou. Je suis à moitié allongée sur Christophe…

Tu commences par me caresser le corps…

Ta langue passe dans mon dos, tes dents joues avec moi me mordent le cou, les épaules…

Doucement ta bouche descend le long de mon dos, arrive au creux de mes fesses, les mordent, les baisent. Ta langue trace un chemin qui mène entre mes fesses.

Et pendant que Christophe continue ses allers et venus tout doux…

Ta langue trouve mon petit trou et pénètre sans souci, Christophe a déjà ouvert le passage…

Ta langue dans mon cul, la bite de mon mari dans ma chatte. Ta bouche qui m aspire, tes mains qui me malaxent les fesses, les cuisses. Celles de Christophe qui me pétrissent les seins,  les tire, les pince…

Je ne vais pas pourvoir résister longtemps à ce traitement divin, Christophe le sens, me sens au bord du précipice et il te préviens, te dis de me prendre…De prendre ce cul que tu as si bien léché, mordillé, dilaté avec ta langue….

Et je sens ton sexe qui entre en moi qui frôle celui de Christophe seulement séparé par cette légère membrane.

Et vos deux corps qui donnent le rythme, le rythme de la jouissance.

Mon corps qui se resserre sur vous deux, vous empêchant presque de bouger, ne voulant qu’une chose : que votre plaisir arrive, que vos sexes se cabrent en moi pour que la jouissance explose dans mon corps… Dans vos corps… Dans NOTRE corps….

Et dans un dernier mouvement de nos trois corps qui transpirent, de nos trois corps qui se désirent…

C’est l ultime…

Ultime mouvement…

Ultime caresse …

Ultime pensée…

Vos queues qui expulsent en moi votre plaisir, votre jouissance, votre liqueur de vie…

Que je reçois reconnaissante du bonheur de vous sentir en moi…

De vous aimer…

Aimer…

 

Nouvelle aventure…

A trois…

On recommencera…

Bientôt…

Très bientôt…

Souvenirs souvenirs…

Classé dans : Non classé — 10 janvier, 2008 @ 11:00

 

Il y a quelques années…

La première fois que j ai essayé …

En version…

Trio… c’est a dire deux hommes et moi…

Avec mon amant de l époque… et un copain…

Il m’avait déjà proposé une partie à

Trois mais… je n’avais pas voulu… osé…Pourtant,

Un jour… à force de m en parler… j ai eu envie d’essayer

Ne voulant pas qu’un homme m impose ses demandes…

Et ses désirs… c’est tout naturellement que je me suis tourné vers lui…

Facile a décider, mon amant de l époque a bien sur dit oui… (de toute façon? avait-il pas le choix !)

Et c’est ainsi que nous nous sommes retrouvé un soir autour d un verre

Mais comme souvent c’est

Moi qui dirigeais…

Et j ai donc pris les « choses en main »…

Que faire pour déclencher leur désir…

Une main baladeuse vers mon ami… m’appris qu’

Il bandait déjà…

Ainsi que mon amant… comme j ai pu le vérifier

Immédiatement après…

Mes bains doucement ont ouvert leur braguette

Afin de libérer des sexes de belle consistance…

Ils sont tous les deux superbement membrés…

Tous les deux me donnent envie de

Les lécher… les sucer… les manger… les dévorer…..

Et comme j aime avoir ce que je désire…

Sans précipitation mais avec

Envie… je me penche vers

euX… qui m attendent…

Et j’approche ma bouche du premier sexe…

Et j approche ma bouche du second sexe… et les prends

Tous les deux…

L un après l autre… ensemble…

Avec délectation…

Sans précipitation…

Oublieuse de moi… de mon plaisir…

Un sexe dans une main… une bouche sur l autre…

Me voici reine de leur désir… de leurs plaisirs…

Ils me caressent… me touchent… Ils

Sont a l écoute de mon corps… de ce que je veux…

Si fort… et pourtant… si… prêts a tout pour leur jouissance…

Ils ne veulent que leurs plaisirs, même si

On sait très bien que leur plaisir passe par le mien…

Nouveauté pour moi que de diriger deux hommes ensemble…

-

Soudain leurs mains se font plus précises

On sait tous les trois pourquoi nous sommes la…

Non seulement pour leur désir mais pour

Réaliser mon grand rêve… mon

Envie de toujours…

Vivre l expérience d

Etre prise par deux hommes

A la fois…

Voir si je peux… comment je peux…

Oublier tout le reste… n’être plus qu un sexe

Illusion que cela…?…

Rêve ou réalité…. Ne plus être… n être plus que…

Un sexe dans la chatte, un autre dans l anus…

Nager entre deux plaisirs… entre deux jouissances…

Maîtriser mon corps pour

Aimer… ressentir toutes les sensations…

Ils sont entrés… j étais tellement excitée…

Tellement ouverte… désireuse d’eux… désireuse des deux…

Rêve devenu réalité…

Et la jouissance… leur jouissances qui me submergent…

Quand la mienne explose…

Un raz de marée…

Infini…

Mélange de plaisir… de souffrance…

Etre écartelée par deux hommes… deux sexes…

Donner du plaisir… en recevoir…

Rire…

Essayer de reprendre pieds…

Sortir de cette torpeur…

Sortir de mon rêve…

Etre

 

Ce souvenir date de 1988…
Il a fallu que j’attende 2007 pour oser admettre certains de mes désirs.. de mes BESOINS…

tels ceux du message secret…car ce rêve aussi est en train de devenir réalité… mais ça,  c est une autre histoire…

 

Maxime

Classé dans : Non classé — 10 janvier, 2008 @ 10:27

Dire que tu dors…..

Je t imagine dans ton lit…..

Nu….

Seul, tout seul

Envie de doucement pousser la porte de ta chambre…

T u ne m entends pas…

Tu dors profondément…

Je m’approche de ton lit…

Tu as juste le drap sur toi….

Ton corps est complètement abandonné au sommeil…

Pour le moment…

Je te regarde…. Je t admire…

Tu es beau… si beau…

Lentement je baisse le drap….

Découvrant ton torse….

Ton ventre……..

Ton sexe… qui est au repos, pour le moment….

Tes cuisses…

J’ai envie de chaque morceau de toi…

De tous les morceaux…

De toi….

Lentement ma main s’approche de toi…

Je te frôle… à peine…. Juste pour sentir ta chaleur….

Juste pour te sentir sous mes doigts…

Ton ventre est doux…dur…. Dingue !!!!!!!!!

Je suis dingue de ton corps…………

De ton sexe…

De ton désir…

Désir de moi…

Désir de jouissance…

De la jouissance que mon corps t apporte…

De la jouissance que ton corps m apporte

De notre jouissance, ensemble…

Ma bouche descend vers toi….

Ma langue se pose doucement sur ton ventre…

Comme une aile de papillon…

Tourne autour de ton nombril…

Je sens ton odeur d’homme…

Je goutte ta saveur épicée…

Presque malgré moi…

Ma langue intensifie ses mouvements…

Devient autonome…

Elle passe sur tout ton ventre…

Te titille les mamelons…

Va vers ton sexe…

S arrête juste avant…

Ne pas te réveiller…

Mais déjà…

Je sens ton corps revenir à la vie…

Au désir…

Ton sexe… qui s approche de ma bouche…

Ma bouche… qui descend vers ton sexe…

Réunion des deux…

Comme s il s étaient donné rendez vous…

Mes mains te caressent partout…

Veulent tout voir…

Tout découvrir…

Découvrir ce que tu aimes…

Ce que tu veux …

Et ma bouche autour de ton sexe… qui l’aspire…

Qui veut en prendre possession…

Ta queue qui me pénètre…

Tu étires ton corps… comme si tu voulais me le faire admirer….

Tes mains se réveillent aussi

Viennent à ma rencontre…

A la rencontre de mon corps…

Mon corps qui t attends…

Qui te désire…

Brûlure de tes doigts sur moi…

Et déjà… tu reprends le contrôle…

Tes mains sur ma tête…

Sur mon cou…

Qui veulent m imposer ton rythme…

Tes envies…

Envie de jouir…

Envie d’aimer…

Envie que je te boive…

Je m étrangle sur ta queue…

M empale dessus…

Elle continue à grossir en moi…

Je ferme la bouche…

Tu me forces les lèvres…

Comme si tu voulais me baiser la bouche…

Tu vas et viens…

Tes mouvements s’accélèrent…

Tu me tiens la tête…

Comme si tu avais peur que je me recule…

Et tu jouis…

Tu jouis dans ma bouche…

Et je t avale..

Avale ton plaisir…

Déguste ta jouissance…

Je jouis de te sentir exploser en moi…

Je jouis de savoir que cela n est que le début…

Début d une matinée que je sens torride…

Nos deux corps moites …

Qui se reposent…

L un à coté de l autre…

Profite l un de l autre…

Le temps d’un instant…

Le temps du bonheur…

Le temps d un câlin…

Câlin qui se transforme vite en coquin…

Tu te lèves…

Disparaît de la chambre…

Pour réapparaître…

Tes mains derrière le dos…

Et tu t’approches de moi…

Me prends les mains…

Les rassemble dans mon dos…

Les attache avec le lien que tu as ramené…

Tu poses sur mes yeux un bandeau…

Tu m obliges a me mettre à genoux sur le lit…

Le cul en l air…

Le visage dans les draps…

Je suis offerte..

Offerte à ton regard…

Offerte à tes mains…

Tes mains qui me caressent…

Qui m explorent …

Qui me pénètrent…

La chatte…

Le cul…

Ta bouche est partout sur moi…

Suis les contours de mon corps…

De mes reins…

De mes fesses…

Tu te recules…

Je te sens me regarder…

Ton regard me donne des frissons…

J ai envie de t appartenir…

Corps et âme…

Je ne suis qu un jouet entre tes mains…

Ton jouet…

Tu t éloignes… mais reviens bien vite…

Je sens tes doigts qui me caressent la chatte…

Chatte bien lisse…

Comme tu aimes…

Tes doigts débusquent mon bouton… qui bande comme une bite…

Qui est énorme… gorgé de sang…

Tu le frôles…

Un violent sursaut me traverse…

Tu appuis plus fort…

Comme si tu voulais le faire rentrer en moi…

Tu le tritures… le tords…

Et moi… je me tors de plaisir sous tes caresses…

Ton autre main s occupe des mes seins…

Les pince…les tire… les étire…

Mélange de plaisir et de douleur…

Monde que je voudrais… que je veux… découvrir avec toi…

Monde vers lequel tu m emmènes…

Envie de plus de plaisir… qui passe par plus de douleur…

Douleur de te sentir me désirer et de ne pas pouvoir te toucher…

Plaisir que tu me donnes pour oublier la douleur…

Tes doigts sont entrés en moi… d un coup… trois…

Mais je suis tellement mouillée… tellement impatiente…

Un quatrième..

La douleur qui revient… qui accompagne si bien ton plaisir…

Ton plaisir de jouer avec moi…

Tes doigts vont et viennent…

Rentrent et sortent…

Quittent ma chatte… tu me les fais lécher…

Me fais boire mon miel…

Cyprine qui coule partout…

Et tu me reprends pour pénétrer mon cul…

Deux doigts… que tu écartes… tu veux me dilater…

Comme tu viens de le faire avec ma chatte…

Un troisième doigt arrive…

En même temps ta bouche me lèche partout…

Me pénètre les deux trous…

Me prépare à te recevoir…

Je ne veux que cela…

Etre a toi….

Envie de souffrir pour toi…

Envie de te donner du plaisir…

Tu te redresses…

T approche de moi…

Passe ton gland tout le long de mon sexe…

Du clito jusqu ‘à l anus…

Je ne sais pas comment tu vas me prendre… ni ou…

Je sais juste que tu vas me prendre… prendre TA place en moi…

Tu me fais attendre…

Me signifiant… que toi seul décide…

Tu es maître de mon plaisir…

Et… tu m’encules…

D’un coup tu t enfonces en moi…

Sans faiblir…

Tu es dur…

Je te sens écarter mes chairs…

Forcer le passage…

Et commencer à aller et venir entre mes fesses…

Sans tenir compte de moi…

Seulement pour ton plaisir…

Comme un viol…

Comme un maître…

Et moi…

Comme une esclave…

Je subis…

Je te subis…

Je subis ton plaisir…

Je subis le plaisir que tu me donnes…

Plaisir qui va me noyer…

Qui va m’engloutir…

Mais je ne dois pas jouir…

Tu ne veux pas que je jouisse…

Que je jouisse avant toi…

Mon plaisir doit dépendre de ta jouissance…

Mon plaisir explosera en même temps que ta jouissance…

Je te sens me ramoner…

Ta main me martyriser les seins…

Ton autre main qui s occupe de mon clito…

Et moi qui serre les fesses… les muscles de l anus…

Je veux te faire jouir…

Maintenant…

Besoin…

Besoin de jouir…

Besoin de ta jouissance pour jouir…

Et je te sens grossir encore…

Tes gestes deviennent plus saccadés…

Tu vas exploser…

Et tu jouis…

Ton sperme qui m inonde le cul…

Qui m’inonde les fesses… quand tu te retires…

Tu m obliges à me retourner , force ma bouche…

Pour m offrir ta jouissance…

Pour m offrir MA jouissance

Une claque sur mon cul…

Et j explose…

J explose de jouissance…

Jouissance de sentir tes mains sur moi…

Ta queue en moi…

Ton sperme en moi…………………

Jouissance de t avoir fait jouir….

De t avoir plu…

De t avoir fait m aimer…..

De s être aimer…

De nous aimer…

Amour du sexe…

Amour du plaisir…

Amour de la jouissance…

BaiseR

….

Ce texte a été écrit quelques mois avant de te rencontrer… mais par certains coté il me fait tellement penser à toi… que je ne pouvais que lui donner ton nom… en attendant le prochain récit… qui lui nous ressemblera vraiment…

La plage

Classé dans : Non classé — 26 décembre, 2007 @ 11:58

Ce matin… il faisait beau… le soleil brillant me donnait des envies de lézarder… la plage n est pas loin… j’ai un bon bouquin… Prélude a la farniente… douche rapide… caresse… jouissance… direction : la mer….

Que c est bon ce sentir ce soleil me chauffer le corps… ses rayons qui me brûlent… me donne des envies de… hummmm… quelle délice… je n’aime que l’été….

Mais déjà ce merveilleux soleil se retire vers d autres cieux…. Envie de rentrer a la maison… toute alanguie de cette journée… de cette chaleur, de cette moiteur… qui me tient au corps….

Rentrer… douche… caresse… voila qui va très bien finir cette journée…

Je rassemble mes affaires…

Me dirige vers ma voiture…

Un homme me demande si j ai du feu…

Réponse négative… Et en m éloignant je réplique … c est plutôt d un extincteur dont j aurai besoin – sourire –

Il me rattrape…

- Pardon… ? Je ne vous ai pas entendu…

- Oh c’est rien… je me parlais a moi-même..

- Dommage, répond t il… mes deux copains qui sont là et moi mm aurions été enchantés de vous servir d’extincteur…

Mince, il a entendu… je bafouille…

- heu… je rigolais…

- pas nous !!! Nous vous avons vu sur la plage… vous êtes très… humm… très jolie… c est pourquoi je me suis permis de vous accoster… Voudriez vous prendre un verre avec nous ??? Ça n engage a rien…

Effectivement ce la n engage a rien… et je dois avouer que ce mec ne me laisse pas indifférente… je suppose que ses copains vont nous laisser… et on verra bien ce qui arrive… – sourire –

- Banco lui dis-je… et nous nous dirigeons vers le café de la plage…

- Mon Prénom est Arnaud, et voici Patrick et Stéphane…

Nous commandons les conso et discutons… discutons de tout et de rien…

Tu m expliques que les deux autres sont tes amis et vous faites tout ensemble…

Je rigole… tout tout tout ???

Oui… tout tout tout !!!!!!!!

Hummm… voila qui peut être « instructif »…. Je laisse aller les choses… on verra bien… – sourire-

Au bout de quelques temps le serveur vient nous signaler leur fermeture…

Vous me proposez un dernier verre au bar de votre hôtel…

Je n ai pas envie de rentrer… je suis bien en votre compagnie….

Oh… je vois bien que tes copains et toi vous me détaillez… de haut en bas… il y a des regards appuyés sur mes seins qui se dressent…comme s ils voulaient se présenter sous leur meilleur profil…. Mais bon… ce n est pas grave… c’est même excitant… trois hommes comme cela qui me regarde….

Ok pour un dernier verre…

Nous nous dirigeons donc vers votre hôtel tout proche… et la… surprise… le bar est déjà fermé…

- Pas grave, rétorques-tu.. j ai un bar avec tout ce qu il faut dans ma chambre…

J’hésites… je vous connais a peine… dans ta chambre…

Tu insistes… nous serons sage… tu ne crains rien…

C’est vrai que tu me plais… et je suis excitée depuis ce matin…

Nous montons dans ta chambre… un grand lit…. Je m assieds sur un coin… tes deux copains face de moi sur ce même lit…

Tu nous sert a boire… et viens te mettre a coté de moi….

L atmosphère a changé… s’est chargée de courant… de sensualité… de désir….

Tu te rapproches de moi…. Me caresse négligemment l épaule….

Patrick et Stéphane te regardent faire…

Tu m embrasses… ta langue se glisse dans ma bouche… joue avec ma langue… nos salives se mélangent…

Ta main me caresse le sein… je sens les pointes se durcir…. Ta langue me pénétrer…. C’est bon…

Tu délaisses ma bouche et passe ta langue sur mon cou… mon épaule… lentement… vers ma poitrine qu se tend vers toi… qui t appelle… tu ouvre ma chemise…. Sors doucement mes seins de leur soutien gorge….

Je vois tes copains qui se caressent le sexe à travers leur pantalon….

Je n’ai pas peur… j ai dépassé ce stade… j’ai seulement envie que tu continues…

Ta bouche me lèche les seins… sucotte les tétons… mordille les globes….

Pendant ce temps… ta main saisie la mienne… et la dirige vers ton sexe….

Sexe que je trouve déjà ferme ….

J en ai envie…j ouvre ton pantalon… et te prend en main….

Tu es … dur… doux sous ma main… rigide…

Je pense déjà à tout ce que nous allons pouvoir faire tous les deux… devant eux…

Ta bouche m’excite… tu me mors les mamelons… ils sont tendus… douloureux….

Tu m allonge sur le lit…. J’ai les yeux fermes….

Tu me reprends la bouche… et la… surprise… deux autres bouches s occupent de mes seins…

J ai un mouvement de recul…

- Du calme… nous ne te ferons rien que tu ne veuilles… nous sommes là pour ton plaisir…. Me dis tu…

Cela me rassure et…trois bouches sur mon corps…. Ce n’est pas désagréable… loin de là…

Tes mains sont partout sur moi….se promènent….

Tu délaisses ma bouche… et me présente ton sexe….

Oui… j en ai envie… je passe ma langue sur le bout du gland… doucement…

Lentement… je te happe… seulement le bout…. Te tète… t’aspire le gland….

Tu me regardes faire… cela m excite…

Toi qui me regarde tes copains qui s occupe de mes seins… je ne vais pas tarder a jouir….

Un de tes copains (Stéphane ? Patrick ? ) me lâche le sein… et est aussitôt remplacé par une main… qui me pétrit… me malaxe…. M’attire… pendant que cette bouche me mors le mamelons.…

Sa bouche descend le long de mon ventre… vers mon sexe… qui attends… attends… s impatiente….

Une main (lesquelles ??) fini de me déshabiller… je suis coincée entre ta bite et cette bouche qui me torture….

Délicieuse torture… ton sexe…. Qui me brûle la bouche… que je veux manger… déguster….

Je ressens une décharge électrique… occupée par ta queue je n avais pas senti une langue se rapprocher de mon clito…. Et le prends en bouche…. Il est dur… sensible… gros… une vraie petite bite….

Et des doigts qui s approchent de ma chatte… qui pénètrent ma chatte… qu s’enfoncent dans ma chatte…

La bouche prise, le clito pris, les seins pris….

Comme si je n’étais plus que sexe…

Je ne suis plus que sexe…

Sexe du corps…

Sexe dans la tête….

Et tous ces corps qui s’activent au dessus de moi, sur moi, en moi….

Un doigts qui s insinue dans mon anus..

Prise de tous cotés… par trois hommes… trois bites pour moi…

Pour mon plaisir… leur plaisir…

Je suis folle… folle de désir… d envie… de plaisirs….

Cette bite qui s enfonce dans ma gorge… qui me baise la bouche…

Ces doigts qui s enfoncent dans mon sexe… qui me baisent le sexe…

Je ne peux plus retenir mon plaisir, je ne Veux plus retenir mon plaisir,

Mon corps qui s’embrase…

Et c est l explosion

Ca me ravage la tête, le corps,

La jouissance… le pied……………..

Le souffle qui s apaise… un peu…

Un peu seulement car cette envie

Envie de plus,

Envie de queues…

De toutes ces belles queues a ma disposition…

Je veux encore jouir, je veux en jouir…

Je veux qu elles jouissent …

Qu’elles jouissent en moi, sur moi…

Alors…

La première à en profiter…c’est ta queue…

Ta queue… belle… longue… dure… désirable… hummm…

Ma langue le long… tout le long… mes lèvres te prenne … t’aspire… te veulent… joue avec le prépuce…

Avec les couilles… ma langue se promène partout sur toutes les zones… te titille l anus… revienne a ta bite…

Mes lèvres veulent se délecter de toi… profiter de ta douceur… de ta chaleur…

Du plaisir que tu vas leur donner… que tu vas ME donner…

Et cette langue qui continue a me lécher la chatte, le clito… qui descend jusque l anus… essaie de s y introduire…

M’écarte l anneau… m’aspire le cul…. Se glisse en moi… cette langue… vite remplacée par un doigt…

Doigt qui s enfonce, et une langue dans la chatte… Puis un doigt, deux doigts dans la chatte…

Cette main qui me pénètre les deux trous…

Doigts, chatte, cul… qui me pilonnent… au même rythme que ta queue…

Doigts qui me dilatent…oh oui…

Et cette langue qui continue sur mon bouton… qui appuie dessus… qui le lèche… l’aspire… le mors…

Morsure ….

Un troisième doigt se présente à ma chatte…qui l accueille… sans problème… je suis tellement excitée…

Mes mains te tiennent les fesses… t’empêche de t’éloigner… de m abandonner… de me retirer mon jouet…

Ta queue…

Une de mes mains se dirige vers celui qui me torture les seins… c est si bon…

Elle descend le long de son corps… cherche le centre de sa personne… vers ce qui m importe…son sexe…

il est a l air libre… il s est déshabillé sans que je m en aperçoive…

Temps de gagner…

Je le caresse… en m enfonçant sur ta queue… qui m étouffe… me prends… me viole la bouche….

Mon anus est délaissé… mais quatre doigts dans la chatte… ça fait mal mais en mm temps….

Qui entrent… qui sortent… qui rentrent… me ramonent si bien la chatte…

La douleur se conjugue si bien au plaisir…

Je suis si mouillée… tellement ouverte… j ai envie de jouir…

Je vais jouir…

Un cinquième doigts… la main… la main dans la chatte… chatte dilatée…

Et d un seul coup, ta queue qui m arrose… tu m’étouffes de ton sperme….

Etre prise par la chatte… avoir ton sexe qui éclate en moi…

Et c est ’explosion…

Explosion de couleurs…

Explosion de douleur…

Explosion de bonheur…

Bonheur de te sentir te répandre en moi…

Bonheur de jouir….

Cette impression de mourir… que plus rien n existe…

Cette main m’abandonne…. Ton sexe me quitte…

Mais c’est pour me retourner…

Mon buste sur le lit… toi derrière moi…

Toi entre mes fesses… dans mes fesses…

Tu n as pas débandé… et tu es gros…

Gros a passer… gros à entrer…

Tu m’écarte les fesses… un peu de salive… une légère poussée…

Te voilà en moi… doucement tu me pénètres…

Tu t enfonces en moi… te voila au fond… tu ne bouges plus…

Tu me laisses m habituer a toi…

Me laisse apprécier ta présence

Aimer ta présence…

Une queue se présente devant ma bouche… je la happe… la gobe…

Fais aller mes lèvres au rythme de tes coup de teins…

Quand tu m empales… tu m empales en mêle temps sur cette queue qui me pénètre…

Hummm… c est bon… continue….

Cette envie de jouir qui monte en moi… au rythme de vos queues qui me prennent…

Tu te retires… me remet sur le lit… me fait mettre sur Stéphane… tu lui prends la queue… tu me la places devant la chatte…

Et tu appuies sur mes épaules…. Me fais descendre sur ce sexe…. Qui…

Tu reprends ta place dernière moi…. Reemboite ta bite dans mon cul resserré par cette présence dans mon sexe…

Prise des deux cotés… et une troisième bite a portée de bouche… dans ma bouche…

Des mains sur me seins… qui pince les mamelons… tirent les mamelons…

Douleurs…

Le summum du plaisir… de tous cotés… tu diriges… impose TON rythme….

Mon corps balancé entre vos trois verges… la jouissance qui monte… qui monte de mon sexe, de mon cul, de ma bouche….

Jouir de partout… n’être plus qu un sexe… un sexe empli de jouissance… empli de vos sexes…

L a raison qui bascule…

La raison qui bascule…. le corps qui commande…

Qui prend son plaisir à travers vous… avec vous… Grâce a vous…

Et c’est………….. Ça décolle………….le 9eme ciel……

Le paradis doit ressembler à cela…

Cette impression de décoller… de voler… de ne plus peser…

Ce sentiment d’explosion… puis de plénitude…

Ce désir de recommencer et en même temps se dire…

Trop beau , trop fort… pas possible de… mieux…

Cette envie de recommencer….

Mais le corps qui….

Plénitude…. rester dans les limbes de plaisir…

Les spasmes de jouissance qui sont encore la….

Vos sexes qui se retirent…

Vos mains qui me caressent…

Zen..

Délice…

Délice de l’après jouissance…

Plus tard….

Peut être….

Sûrement !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

 

GangBang Streaming |
yasmina18 |
✔ Top Site ➜&... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | photoscoquines
| OrgieX-Extrème
| yvansex